Espionnage:les palais des chefs d’etat africains murmurent-ils avec Pekin?

cyber

Après la découverte de l’espionnage du siège de l’Union Africaine par son bienfaiteur, la Chine , on est en droit de  nous demander si Pékin s’est contentée d’espionner les Africains au niveau du siège de l’institution  panafricaine qu’il a construit et offert gracieusement au continent, ou si cet espionnage dépasse les limites de ce lieu qui symbolise l’emancipation du continent.
Une chose est sûre, après cette découverte, les craintes d’espionnage se font jour dans de nombreux pays africains. Et pour cause, beaucoup de palais présidentiels africains portent la griffe des ingénieurs chinois. C’est le cas au Burundi, en Mauritanie, au Togo, à Djibouti, au Soudan, au Mozambique, et la liste est beaucoup plus longue.
De même, l’Assemblée nationale et le palais du Sénat du Gabon, les palais du peuple de Djibouti, des Comores, et de tant d’autres pays, ont été ou sont constuits par la Chine.
Ainsi, tout récemment, la Chine a signé avec le Cameroun le 22 septembre 2017 un accord de don d’une valeur de 8,3 milliards de francs CFA, sans contrepartie, pour réaliser le nouveau siège de l’Assemblée nationale camerounaise. Ce sera un bâtiment d’au moins de 13 étages. Il abritera, en plus du nouvel hémicycle, un bureau pour chacun des 180 députés du Parlement camerounais.
Quand ces édifices ne sont pas offerts par la Chine, ils sont financés via des prêts sans intérêts par des institutions financières chinoises. Et dans tous les cas, les constructions sont réalisées par des entreprises publiques chinoises recourant bien évidemment à une main-d’œuvre chinoise.
Comme la «générosité» du bienfaiteur n’a pas de limite et que les pays africains sont de grands quémandeurs, la Chine fournit généralement ses infrastructures clés en main avec tous les équipements nécessaires, comme ce fut le cas pour le siège de l’Union africaine.
Du coup, les ingénieurs en charge des équipements informatiques des édifices construits par la Chine ont la possibilité de créer des failles dans le système avec «des portes numériques dérobées (”backdoors”) qui donnent des accès discrets à l’intégralité des échanges et des productions internes, au même titre que le siège de l’institution panafricaine.

Partant, cette crainte d’espionnage des palais des dirigeants africains est légitime quand on sait que Pékin est à l’origine de la construction de nombreux palais présidentiels, mais aussi des primatures, sénats, parlements et palais de congrès (Sénégal, Cameroun, Benin, etc.) un peu partout en Afrique.
Pour en savoir plus:

http://afrique.le360.ma/autres-pays/societe/2018/01/28/18464-espionnage-les-palais-des-chefs-detat-africains-murmurent-ils-avec-pekin-18464

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Une panne OVH sévit encore: Un incident est en cours sur P19 impactant les services

  Une panne OVH sévit encore, rendant certains sites, services, webmails et l’espace client indisponibles. Comme à son habitude, l’hébergeur ne se montre pas avare en information pour expliquer la panne et communiquer l’état d’avancement des réparations, mais ses clients s’agacent fortement : depuis plusieurs mois, ce genre de problèmes […]