Microsoft va faire payer les correctifs pour Windows 7

A la fin du support de Windows 7 en janvier 2020, Microsoft proposera une prolongation jusqu’en 2023 à ses clients qui le souhaitent, à condition de payer pour les correctifs de sécurité.

L’horloge tourne et la fin de support de Windows 7 programmée pour le 14 janvier 2020 se rapproche. Microsoft annonce cependant qu’il offrira, moyennant des frais, des mises à jour de sécurité continues pour le produit jusqu’en janvier 2023.

Ce n’est pas la première fois que Microsoft fait ceci pour une version de Windows, mais il se peut que ce soit la première fois qu’il communique si ouvertement sur ses projets dans ce domaine.

Windows 7 détient toujours une part importante du marché Windows, en particulier chez les clients professionnels. Le retrait des anciennes versions de Windows est un processus lent, même avec une planification préalable, pour les entreprises disposant de plusieurs milliers de postes de travail Windows.

Des correctifs plus limités aux seuls gros clients

Les mises à jour de sécurité étendues payantes (Windows 7 Extended Security Updates ou ESUs) de Windows 7 seront vendues par terminal, avec une majoration chaque année. Ces ESU seront disponibles pour tous les utilisateurs de Windows 7 Prol et Enterprise avec des accords de licence en volume.

Quant aux clients bénéficiant de la Software Assurance Windows et/ou d’abonnements Windows 10 Enterprise ou Education, ils bénéficieront d’une remise. Office 365 ProPlus continuera par ailleurs de fonctionner jusqu’en janvier 2023 sur les terminaux recevant ces correctifs payants pour Windows 7.

Cette politique traduit des évolutions par rapport à la stratégie adoptée jusqu’à présent par Microsoft à l’égard des éditions de Windows en fin de support. Auparavant, l’éditeur utilisait ce programme dans le cadre de ses activités de conseil. Cela avait pour conséquence de limiter la disponibilité de ces correctifs uniquement aux clients les plus importants, aux poches profondes, et disposant de contrats d’assistance avancés (au moins pour Windows XP).

Les clients devaient par ailleurs présenter à Microsoft leurs projets de migration de la version Windows en fin de support. Ils étaient ainsi tenus de communiquer des jalons de déploiement trimestriels et une date d’achèvement du projet, en plus donc de payer plusieurs millions de dollars pour une couverture étendue des correctifs.

Avec Windows 7, le programme ESU est cette fois mené via l’unité de licences en volume de Microsoft et Core Windows Engineering, qui « produisent ces mises à jour comme un produit. » « Nous voulons encourager les utilisateurs à sortir de Windows 7, mais nous voulons que ce soit plus que quelque chose de punitif » explique l’éditeur.

Pour en savoir plus https://www.zdnet.fr/actualites/microsoft-va-faire-payer-les-correctifs-pour-windows-7-39873287.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *