Facebook demande aux banques d’adopter sa plateforme Messenger pour améliorer le service client Mais réclame les données financières des utilisateurs

Facebook a récemment déclaré être en pourparlers avec des banques et des institutions financières américaines pour explorer de nouveaux champs de coopération ou approfondir ceux qui existent déjà. La firme de Menlo Park chercherait activement à inciter un nombre plus important d’organisations de ce type (JPMorgan Chase, US Bancorp, PayPal, Citigroup, Wells Fargo, American Express…) à adopter son application Messenger.

« Comme de nombreuses entreprises en ligne, nous discutons régulièrement avec les institutions financières de la manière dont nous pouvons améliorer les expériences commerciales des personnes, par exemple, en améliorant le service client », a confié un porte-parole du groupe.

Argüant que l’intégration des informations financières d’un utilisateur dans Messenger permettrait aux banques d’offrir un service client de qualité via la plateforme, Facebook envisage notamment la possibilité d’associer les comptes financiers d’utilisateurs à leurs comptes Messenger respectifs afin qu’ils puissent discuter via cette application avec le personnel du service client d’un établissement financier cible.

Dans le cadre de ce partenariat, la firme de Menlo Park demanderait aux établissements financiers partenaires de lui communiquer les informations financières détaillées sur leurs clients, incluant les transactions par carte ou par chèque, les soldes des comptes et les mises à jour. Elle est persuadée que le service client opéré via son application de messagerie et de discussion Messenger pourrait offrir une meilleure alternative au système actuel basé sur les appels téléphoniques.

Un porte-parole de l’entreprise a affirmé que Facebook pourrait accéder à certaines données financières des utilisateurs qui choisiraient d’adhérer à ce service et que le groupe ne les exploiterait pas « à des fins publicitaires ou autre ». Ces données seraient utilisées pour alimenter les fonctionnalités de Messenger, incluant les mises à jour du solde des comptes et les alertes à la fraude, et leur usage exclusivement limité à cette plateforme.

« Nous n’utilisons pas ces informations au-delà de ces types d’expériences (service client) », a déclaré Facebook dans un communiqué, en insistant sur le fait que cette fonctionnalité demeure optionnelle et que l’un des fondements sur lesquels reposent ces partenariats se rapporte à la protection et à la sécurisation des informations des personnes.

« Nous n’utilisons pas les données d’achat des banques ou des sociétés émettrices de cartes de crédit pour les annonces. Nous n’avons pas non plus de relations spéciales, de partenariats ou de contrats avec des banques ou des sociétés de cartes de crédit pour utiliser les données d’achat de leurs clients pour les annonces », précise le géant des réseaux sociaux.

Signalons au passage que Facebook a déjà accès aux données financières de certaines entreprises en vue de faciliter les opérations de service à la clientèle en rapport par exemple avec les discussions ou la gestion de compte. L’année dernière, Wells Fargo a commencé à tester un bot qui permettrait aux utilisateurs de vérifier les soldes de leurs comptes et de déterminer où se trouve le distributeur de billets le plus proche en se servant de Messenger.

Facebook doit trouver de nouveaux services générateurs d’argent, car la croissance des revenus de la société risque de ralentir au cours des prochains trimestres. Sa recherche de nouveaux partenariats pourrait toutefois s’avérer plus difficile que prévu, sachant que l’image du groupe a été sévèrement écornée lors du scandale de Cambridge Analityca et qu’elle ne jouit pas forcément d’une bonne réputation en matière de protection des données d’utilisateurs.

Avec 1,3 milliard d’utilisateurs de Messenger au compteur, il faut avouer que la portée de Facebook est alléchante. Si ces partenariats venaient à se concrétiser, cela pourrait signifier que les grandes entreprises sont disposées à négliger les précédentes erreurs commises par Facebook et se focalisent davantage sur le nombre de consommateurs qu’elles pourraient atteindre grâce à la popularité du réseau social de Mark Zuckerberg.

Pour en savoir plus:
https://www.developpez.com/actu/217993/Facebook-demande-aux-banques-d-adopter-sa-plateforme-Messenger-pour-ameliorer-le-service-client-mais-reclame-les-donnees-financieres-des-utilisateurs/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *